logo ASMF

Vivre avec

 
Il y a actuellement :
1 robot
[CCBot]
en ligne

En me levant ce lundi 22 mars, je savais que la journée serait longue, très longue … Il me faudra d’abord passer mon oral de TPE (Travaux Personnels Encadrés) avant de prendre l’avion direction Paris pour assister à « l’avant première » du film.


L’un comme l’autre fournit une grande dose de stress et tout va tellement vite que lorsque enfin j’ose repenser et pronostiquer silencieusement dans ma tête le résultat du TPE, je me retrouve déjà dans l’avion face au sempiternel « bonjour-bon-voyage » des hôtesses. A ce moment là je ne me soucie pas encore vraiment de ce qui va se passer, c’est la projection du film, un point c’est tout ! Mais voilà il se trouve que je suis devant l’immeuble de la MGEN et l’angoisse que je pensais être de l’excitation se réveille méchamment. Vous en connaissez comme moi les symptômes : bouffées de chaleur, frissons etc… Je vois arriver de part et d’autres des gens qui me sourient et qui semblent déjà me connaître alors que moi je ne les ai jamais vus… et j’en deviens aussi rouge que ma chemise. La présence de Hubert et de Khaled me soulage, puis l'arrivée de Paule et de Louise me rassure un peu, mais pas de répit pour mon estomac qui se tord d’angoisse car voici M. Vaillot, directeur de Galaxie (la société de production du film). Le temps court toujours et l’heure de la projection arrive.


Lorsque les lumières se rallumèrent, les applaudissements fusèrent et furent pour moi un cadeau très émouvant, le plus beau que je puisse espérer. Je fus alors demandée sur l'estrade en compagnie de Paule et de Hubert. Totalement interloquée et absolument pas préparée (contrairement aux TPE de ce matin), je me dirigeais vers l'estrade les jambes flageolantes. A peine arrivée Paule me serra très fort dans ses bras, ce fut mon deuxième cadeau de cette soirée. M. Vaillot nous a posé quelques questions, mon stress était à son paroxysme car je me trouvais à présent devant tous ces gens dont le regard était fixé sur nous. La séance de torture finie, ma température retomba et je pus discuter du film avec de grands messieurs très importants comme le conseillé social du président de la poste ou encore M. Laxalt le directeur de la MGEN qui me fit même visiter son bureau et admirer une merveilleuse vue de Paris la nuit. Cependant le cadeau le plus important reste tous ces remerciements et tous ces sourires qui semblent me protéger des moqueries, qui me donnent une confiance accrue en l’avenir et qui m’offrent cette douce impression d’être éternelle. Le moindre des sourires est un brin d’optimisme qui me demande d’affronter la vie d’un Moebius avec MON sourire (hé hé …le sourire de Déborah !)


En me levant ce lundi 22 mars, je savais que la journée serait pleine de montées d’adrénaline mais en me couchant ce lundi 22 mars, j’emportais dans mes rêves une très belle phrase de M. Laxalt qui m’a dit : « En regardant le film on ne voit plus la différence mais on trouve la ressemblance »


Déborah


- Haut de page -

Dernière modification de cette page le 16/10/2011 par Ruz